EN - FR
REPORT & SUBMITRAPPORTS ET SOUMISSIONS SURVEILLANCE & RESPONSESURVEILLANCE ET RÉPONSE REPORTSRAPPORTS PUBLICATIONS ABOUT USÀ PROPOS DE NOUS REGIONSRÉGIONS

AVIAN BOTULISMBOTULISME AVIAIRE

Background

Avian botulism is a paralytic disease caused by ingestion of a toxin produced by the bacteria, Clostridium botulinum. This bacteria is widespread in soil and requires warm temperatures, a protein source and an anaerobic (no oxygen) environment in order to become active and produce toxin. Decomposing vegetation and invertebrates combined with warm temperatures can provide ideal conditions for the botulism bacteria to activate and produce toxin. Outbreaks occur from coast to coast in the United States and Canada, generally from July through September. Thousands of birds may die during a single outbreak. Botulism in humans is usually the result of eating improperly home-canned foods, which contain types A or B toxin. Type E toxin has been associated with improperly smoked fish. People, dogs, and cats are generally thought to be resistant to type C toxin, but a few cases have been reported in people and dogs.

CONTEXTE

Le botulisme aviaire est une maladie paralytique causée par l’ingestion d’une toxine produite par la bactérie Clostridium botulinum. Cette bactérie est très répandue dans le sol. Elle devient active et produit une toxine en présence de températures chaudes, d’une source de protéines et d’un environnement anaérobique (sans oxygène). La présence de végétation et d’invertébrés en décomposition, associée à des températures chaudes, fournit les conditions idéales pour l’activation de la bactérie et la production de la toxine du botulisme. On observe des épidémies d’un océan à l’autre aux États-Unis et au Canada, généralement de juillet à septembre. Des milliers d’oiseaux peuvent succomber au cours d’une seule épidémie. Chez les humains, le botulisme résulte habituellement de la consommation de conserves domestiques mal préparées qui contiennent la toxine de type A ou B. La toxine de type E a été associée au poisson fumé mal préparé. Bien que les humains, les chiens et les chats aient généralement une résistance à la toxine de type C, quelques cas d’infection ont été rapportés chez des humains et des chiens.

WHAT THE CWHC IS DOING

Since this disease first appeared on the lower Great Lakes in 1998, the CWHC has been involved in cooperative efforts to monitor for the occurrence of suspected botulism events and to diagnostically confirm the presence of Type E botulism. Surveillance for this disease has, over time, required the combined efforts of personnel from the Canadian Wildlife Service, Parks Canada, Ontario Provincial Parks, the Ontario Ministry of Natural Resources and members of the public. The CWHC continues to encourage all of these groups to report unusual occurrences of avian mortality around the shores of the lower Great Lakes and facilitates the submission of carcasses to our laboratory. The ecological factors that drive the occurrence of Type E botulism remain poorly understood, which means that maintaining surveillance is important as we seek to learn more about these ecological drivers.

NOTRE CONTRIBUTION

Le botulisme aviaire a d’abord été observé dans le bassin inférieur des Grands Lacs en 1998. Le RCSF a participé à des efforts coopératifs ayant pour but de surveiller l’occurrence des événements présumés et de confirmer la présence de botulisme de type E par des tests diagnostiques. Avec le temps, la surveillance de cette maladie a nécessité la combinaison des efforts du personnel du Service canadien de la faune, de Parcs Canada, de Parcs Ontario, du ministère des Richesses naturelles de l’Ontario et de membres du public. Le RCSF continue à encourager ces divers groupes à rapporter les occurrences inhabituelles de mortalité aviaire près des rives du bassin inférieur des Grands Lacs et à faciliter la soumission des carcasses au laboratoire du RCSF. Compte tenu qu’on ne comprend pas vraiment les facteurs écologiques qui favorisent l’occurrence du botulisme de type E, il est particulièrement important de poursuivre la surveillance.